Archives mensuelles : septembre 2013

Les tournois du PCA de Janvier 2014, 10$ millions garantis

Le leader du poker en ligne mondial a communiqué des précisions sur la prochaine édition des Caribbean Poker Adventure (plus connu sous l’appellation PCA). Au total ce seront 38 tournois de poker réunissant la crème de la crème des joueurs de poker qui seront organisés. Rien que pour le Main Event (le tournoi principal), 10$ millions seront mis en jeu par Pokerstars.

Les PCA du 5 au 13 Janvier

Les tournois auront lieu dans le Casino Resort de Nassau, dans les Bahamas et seront étalés sur 9 jours. Sachant qu’il y a 38 événements à jouer pendant cette période, difficile de participer à tous, il faut faire une sélection !

Parmi ces tournois, les joueurs auront la possibilité de jouer le 25,000$ High Roller avec 1 re-entry maximum, le 100,000$ Super High roller ou encore le fameux Main Event à 10,000$ (avec 10$ millions garantis).

Bien sûr les bourses un peu plus modestes ont aussi leur chance sur des tournois moins chers à 400$, 1,000$ et 2,000$ par exemple.

Des satellites sont également disponibles pour se qualifier à moindre frais sur Pokerstars. Ils sont dors et déjà jouables pour ceux qui veulent se réserver une place au soleil en Janvier 2014 et peut-être réaliser une performance en transformant cette expérience en jolie somme.

Le vainqueur du Super High Roller du PCA 2013 était Scott Seiver et était reparti avec un petit pactole de 2$ millions. Pour le Main Event, le bulgare Dimitar Danchev avait battu le field de joueurs et s’était adjugé le titre et 1,859,000$ ! Le PCA peut rapporter gros !

Les hautes limites du poker en ligne vécues par Viktor Blom

Si vous aimez jouer au poker, vous avez certainement du vous intéresser, de loin, aux parties high stakes (hautes limites) qui se déroulent tous les jours sur internet. Ces parties permettent à des joueurs de gagner ou perdre des centaines de milliers de dollars en l’espace de quelques heures, parfois même quelques minutes.

Un jeune joueur sort de l’ombre

Dans le monde vertigineux de ces limites, certains font plus de bruit que d’autres. L’un d’entre eux est un jeune suédois, arrivé sur Full Tilt Poker en 2009 et ayant provoqué un véritable ras-de-marée au sein de la communauté. En quelques semaines, il est parvenu à presque dépouiller Tom Dwan et s’est amusé en même temps avec des joueurs comme Patrik Antonius, Phil Ivey et d’autres stars. Ce gamin n’avait peur de rien et gagner ou perdre un million ou plus, en une session, était – et est toujours – son quotidien. Ce jeune joueur s’appelle Viktor « Isildur1 » Blom.

Le plus gros pot du poker en ligne

Passé l’effet de surprise des premiers temps, le jeune homme a ensuite essuyé de nombreux revers, mais sans perdre une once d’agressivité et de créativité. Il est entre autres responsable du plus gros pot de l’histoire du poker en ligne face à Antonius. Malheureusement pour le jeune joueur, il se trouve du mauvais côté de ce pot gigantesque de 1,3$ million ! Mais cela ne l’a pas freiné pour la suite.

Une session cauchemardesque de -4$ millions

Peu après, et alors qu’il est dans un « bad run », une mauvaise passe, il joue la pire session de sa vie face à Brian Hastings, un pro Full Tilt. A la fin de celle-ci, Blom sera perdant d’un peu de 4$ millions…. ! Certainement la plus grosse perte online de l’histoire du poker. Ce sera la session qui le calmera pour un temps, faute de moyen financier.

Il reviendra finalement quelques mois après, en jouant à la fois sur Full Tilt Poker avant que le site ne ferme, et surtout sur Pokerstars, où il deviendra pro pendant quelques temps.

Aujourd’hui, Blom alterne entre les deux sites où il peut jouer aux hauteurs de jeux qu’il affectionne tant, les plus hautes du net. Certains considèrent qu’il n’est qu’un bourrin sans compétence, d’autres le considèrent comme un pur génie, à vous de vous faire votre avis. En tout cas, il ne laisse personne indifférent et d’après beaucoup de ses adversaires réguliers, puise sa force dans son agressivité et son côté imprévisible. Le jeu en heads up est un format dans lequel il est particulièrement à l’aise.