Archives pour la catégorie Non classé

Elky n’est plus sponsorisé par Pokerstars

Le mois de janvier s’est terminé sur un choc pour les amateurs de poker. Le site PokerFuse a en effet annoncé par l’intermédiaire des réseaux sociaux le départ de Bertrand Grospellier de la Team PokerStars. Le joueur connu sous le pseudo ElkY figure parmi les figures iconiques du poker et il a porté haut les couleurs de la room au pique rouge pendant 11 belles années. Ce départ marque ainsi la fin d’une longue entente ainsi qu’une période importante de la vie d’ElkY.

Rupture douloureuse

La team pro de PokerStars semble vivre une situation délicate ces derniers temps. Les membres quittent en effet le bateau les uns après les autres. Le mouvement a été initié par Jason Mercier et Felipe Ramos. Ils ont ensuite été suivis par Vanessa Selbst puis par Bertrand Grospellier. À noter que ce dernier avait déjà montré des signes d’un éventuel départ au moment du changement de direction effectué par PokerStars. Celui-ci avait en effet décidé de recentrer son activité sur le poker récréatif. Il a ainsi délaissé la team pro pour se concentrer sur la communauté de joueurs amateurs qu’il a réussi à fédérer au fil des années. Ce bouleversement a poussé le joueur à remettre en question son partenariat avec la room. Selon lui, il craignait de devenir inutile et oisif. Pour retrouver une vie plus dynamique et riche en défis, il a ainsi décidé de se retirer. Le jour suivant l’annonce de son départ par PokerFuse, sa photo a été retirée de l’onglet dédié aux joueurs sponsorisés par PokerStars.

La suite

Pour le moment, ElkY n’a pas encore fait de déclaration officielle concernant son départ et ses futurs projets. Cependant, les observateurs misent sur une éventuelle alliance entre le joueur et PartyPoker. La room concurrente de PokerStars pourrait en effet offrir une nouvelle carrière au joueur. D’ailleurs, PartyPoker a déjà accueilli d’anciennes célébrités PokerStars comme Isaac Haxton. L’autre piste privilégier quant à elle prévoit une alliance entre ElkY et Winamax. En rejoignant la team pro de cet opérateur, il retrouverait d’ailleurs son ancien collègue tennisman Stephane Matheu. En tout cas, peu importe sa décision, il est certain qu’ElkY n’a pas encore fini de faire parler de lui.

Darryll Fish remporte son premier WPT devant la Française Ness Reilly

Le WPT Lucky Hearts Poker Open Championship vient de couronner un nouveau champion. Il s’agit de Darryll Fish, un joueur américain à la carrière intéressante. Cette victoire lui permet d’empocher son plus gros gain en tournoi et de s’approcher de la barre des 4 millions. L’évènement a aussi été marqué par la performance de Ness Reilly. La Française a terminé à 4e place du tournoi.

Un Event mouvementé

Le WPT Lucky Hearts Poker Open Championship a réuni 911 entrants avec quelques grands noms. De nombreux anciens champions ont d’ailleurs pris part à l’édition 2018 afin de reconquérir leur titre. Malheureusement, ils ont sauté avant la table finale. Un seul d’entre eux est parvenu à se hisser dans le podium, Andy Frankenberger. Il termine 3e après avoir sorti la Française Ness Reily. Cette dernière a d’ailleurs marqué l’Event avec sa performance. Elle avait en effet l’opportunité de devenir la deuxième femme à triompher sur le circuit WPT en 16 saisons. Malheureusement, elle a dû se contenter d’une 4e place. Malgré tout, elle a pu se consoler avec 182 249 dollars. Il s’agit d’ailleurs de son plus gros gain en carrière. Enfin, il convient de noter que le premier à avoir quitté la table finale est Alan Krockey. Sa 6e place lui a permis d’empocher 104 784 dollars. Il a été suivi par Brett Bader. Ce dernier termine 5e avec 137 400 dollars.

Une perfomance exceptionnelle

Le head’s up s’est joué entre Darryll Fish et Aleksandr Shevelev. Après une partie intense, le Russe a fini par s’incliner. Il est reparti avec 331 116 dollars. Darryll Fish quant à lui empoche le titre ainsi que 511 604 dollars. À noter que son gain inclut un buy-in de 15 000 dollars pour le WPT Tournament of Champions. Grâce à cette victoire, Darryll Fish signe sa meilleure performance. Il avait déjà terminé runner-up et 3e d’un World Poker Tour organisé au Seminole Hard Rock en Floride. Il a aussi gagné une bague WSOPC. Cependant, il n’a jamais remporté un titre majeur au cours de sa carrière. Malgré tout, il peut se vanter d’avoir gagné près de 4 millions de dollars de gain grâce à ses différentes performances.

Steve O’Dwyer devance Ben Pollak et capture le high-roller à 50,000$ aux Bahamas

Après deux beaux succès en 2015 et en 2016, Steve O’Dywer signe une nouvelle performance aux Bahamas. Il vient en effet de remporter le High Roller PCA à 50 000 dollars. Il empoche ainsi la coquette somme de 769 500 dollars ce qui lui permet de porter son compteur de gain à 21 millions de dollars.

Retour sur l’Event

Le High Roller PCA à 50 000 dollars a réuni un field de 46 entrants, dont de nombreux joueurs professionnels de haut niveau. La finale a commencé de manière brutale avec l’élimination prématurée d’Orpen Kisacikoglu. Il a été éjecté par le chipleader, Byron Kaverman. Sa performance lui a malgré tout permi d’empocher 158 420 dollars. Après ce premier coup, Byron Kaverman s’attaque à Benjamin Pollak. L’ambassadeur de BetClic parvient à lui tenir tête pendant un temps avant de se coucher. Il termine 5e avec 203 680 dollars. Le prochain à quitter la table est Erik Seidel. Bubble-boy du Syper High Roller à 100 000 dollars, il échoue à la 4e place pour 260 260 dollars de gain. Il est suivi rapidement par Jean-Noel Thorel. Ce dernier s’incline face à Kaverman. Il repart avec 339 480 dollars. Le heads’ up s’est joué entre O’Dwyer et Kaverman. Les deux anciens numéros 1 du classement GPI décident de s’affronter sans deal. Après quelques échanges, la partie tourne largement en faveur d’O’Dwyer. Il passe un gros bluff ce qui lui permet de conclure sur un 40-60 préflop alors que Kaverman était réduit à 10 blindes. Kaverman repart avec 531 860 dollars tandis qu’O’Dwyer empoche 769 500 dollars.

Un joueur hors-norme

Steve O’Dwyer vient de conforter son statut de joueur d’exception. Il compte désormais 21 millions de dollars de gain en tournoi ce qui lui permet de rejoindre la 10e place de la All Time Money List. Il devance désormais Sam Trickett et il n’est plus qu’à un million de Phil Hellmuth. Enfin, il convient de rappeler que Steve O’Dwyer s’était déjà imposé aux Bahamas. En 2015 et en 2016, il a respectivement remporté le Super High Roller à 100 000 dollars pour 1 872 580 dollars et le High Roller à 50 000 dollars pour 945 495 dollars.

Combien gagnent les finalistes des WSOP en réalité ?

Les joueurs de poker professionnels font rêver de nombreux adeptes de ce jeu à travers le monde. Ils incarnent en effet un idéal tant dans leur carrière que dans leur style de vie. Malgré leur célébrité, il existe cependant une partie d’entre eux qui déchainent les passions. Ils sont même érigés au statut de légende par certains. Il s’agit bien entendu des vainqueurs des WSOP. Leur victoire leur a permis d’imposer leur talent, mais aussi d’encaisser un gros chèque. Ce dernier soulève d’ailleurs de nombreuses controverses et il alimente diverses rumeurs. Pour mettre fin à ces dernières, focus sur les gains réels des vainqueurs des WSOP.

Les Américains et leur taxe

Comme dit précédemment, les gains aux WSOP se révèlent toujours exceptionnels. Ils peuvent d’ailleurs atteindre facilement la barre du million de dollars. Malheureusement, ces gains sont toujours imposables. Les taxes appliquées peuvent d’ailleurs se révéler particulièrement lourdes. Aux États-Unis, par exemple, elles divisent régulièrement les gains des champions par deux. Pour prendre un cas concret, il est possible de s’attarder sur celui de Scott Blumstein. Sa victoire au WSOP lui a permis d’encaisser 8 150 000 dollars. Cependant, une fois les taxes payées, il s’est retrouvé avec « uniquement » 4 310 571 dollars. Bryan Piccioli figure aussi parmi les joueurs qui illustrent parfaitement la lourdeur des impôts. Sa victoire lui a permis de décrocher 1 675 000 dollars. Il n’a cependant empoché que 791 023 dollars. Ses taxes s’élèvent ainsi à 47,23 %. À noter que lors de l’édition 2017 des WSOP, le Fisc américain aurait récolté près de 6,4 millions de dollars. Il reste ainsi le plus grand vainqueur de ces compétitions.

En dehors des États-Unis

Les gains aux WSOP sont toujours soumis au système de taxation du pays d’origine du vainqueur. Les joueurs étrangers peuvent ainsi échapper aux taxes de 47 %. Certains comme Benjamin Pollak, Antoine Saout et John Hesp, réussissent même à conserver l’intégralité de leur gain. Ils ont en effet choisi de se réfugier dans des paradis fiscaux. À noter que dans le cas de Benjamin Pollak, le système fiscal anglais lui permet de ne payer qu’un centime de taxe sur 10 millions de dollars de gain.

En investissant presque rien, ce joueur de poker empoche plus de 107,000$

Le Seminole Hard Rock organisait un tournoi à 360 dollars l’entrée pour lancer son festival Rock’n’Roll Poker Open. Baptisé Ultimate Reentry, cet évènement mettait en jeu un premier prix garanti de 200 000 dollars. Il a réuni 3 570 entrants pour trois journées intenses. Le tournoi a été remporté par François Zayas, un joueur de Miami. Il est reparti avec 107 793 dollars malgré un deal à 7. Il transforme ainsi une mise initiale de 360 dollars en un gain exceptionnel à 6 chiffres.

Une performance exceptionnelle

François Zayas figure parmi ces joueurs de poker qui ne connaissent que rarement le succès. Avant l’Ultimate Reentry du Seminol Hard Rock, son plus gros gain s’élevait ainsi à 8 000 dollars. Cet évènement marque ainsi un tournant dans sa carrière. Il lui a d’ailleurs permis d’améliorer son jeu. Selon ses dires : « J’ai eu de la réussite depuis le Jour 1 et pour cette fin de tournoi, j’ai marché sur l’eau comme Jésus ». En d’autres termes, il a complètement survolé le tournoi. Ce dernier a pourtant réuni quelques professionnels comme Sam Wynder. Celui-ci s’est malheureusement incliné à la 8e place pour 15 818. Loni Harwood et Josh Beckley ont également participé à l’Event. Ils ont cependant sauté avant la fin du jour 2. À noter que les 7 derniers joueurs du tournoi ont procédé à un deal leur garantissant 50 000 dollars chacun au minimum. Ce gain semblait cependant trop petit pour François Zayas. Épaulé par Daniel Taylor, chipleader, il a éliminé ses concurrents les uns après les autres pour s’approprier le gros lot. Cette alliance a d’ailleurs rapidement tourné en défaveur de Daniel Taloyr. Ce dernier était trop occupé par les autres joueurs pour se rendre compte que son « partenaire » avait pris un avantage sur lui. Finalement, il s’est incliné pour encaisser 85 481 dollars.

L’Ultimate Reentry

L’évènement possédait un format assez unique. Les joueurs pouvaient en effet participer aux 8 flights et ils avaient la possibilité de se qualifier plusieurs fois le Jour 2. À noter toutefois que les tapis n’étaient pas préservés. Seul le joueur avec le plus de jetons pouvait prétendre à un tel avantage. Les autres quant à eux devaient échanger leur pile contre 2 500 dollars en cash.

Le tournoi High Roller des WSOP Europe sourit aux Français

Les Français ont particulièrement brillé lors du tournoi High Roller des WSOP Europe. Benjamin Pollak termine runner-up après un excellent parcours. Sylvain Loosli, de son côté, prend la 5e position. Quant à Antoine Saout, il s’incline en 8e position. Le tournoi a été remporté par l’Écossais Niall Farrell. Il devient le 8e joueur à remporter un titre sur les circuits WPT, EPT et WSOP.

Un tournoi à haute tension

Le tournoi High Roller des WSOP Europe a réuni 113 entrants. Le buy-in était fixé à 25 000 euros, les blinds à 40 minutes et les jetons à 500 000. Comme dit précédemment, les Français ont réussi à s’illustrer lors de cet évènement. Trois d’entre eux ont atteint la table finale. Le premier à avoir quitté la partie est Antoine Saout. Il s’est incliné sur la 21e main de la finale en 8e position. À noter que le Breton a déjà atteint la finale du Main Event l’été dernier. Grâce à cette performance aux WSOP Europe, il encaisse 79 209 euros et atteint la barre des 7,6 millions de dollars de gain en carrière. Le deuxième Français à avoir atteint la table est Sylvain Loosli de la team Winamax. Il est arrivé en 5e position pour 168 323 euros de gain. 4e du Main Event WSOP 2013, il approche désormais les 7 millions de dollars de gain en carrière. Quant au troisième Français, il s’agit de Benjamin Pollak. Après avoir eu 45 % des jetons à la moitié de la finale, il s’est incliné en head’s up face à Niall Farrell. Il repart avec 460 622 euros. À noter qu’il s’agit de son troisième gros résultat cette année avec notamment sa 3e place au Main Event WSOP 2017.

Les autres performances marquantes

Grâce à sa victoire, Niall Farrell devient le troisième joueur à réaliser sa triple couronne (WPT, EPT et WSOP) sur un WSOP 2017 après Mohsin Charania et Harrison Gimbel. Il est d’ailleurs le deuxième le plus rapide à avoir réalisé cette performance. Il est reparti de l’Event avec 745 287 euros en poche. Le tournoi a également été marqué par l’élimination de Claas Segebrecht. Il termine 3e avec 321 863 euros.

Fedor Holz remporte un petit tournoi en tant que pro Partypoker

Fedor Holz renoue avec la victoire lors d’un petit tournoi en tant que joueur de Partypoker. L’Allemand a en effet enchainé les échecs depuis son dernier succès au Monténégro. Heureusement, il a fini par retrouver un niveau optimal pour s’imposer lors du Partypoker Live Grand Prix Austria à 2 200 euros l’entrée. Submergé par la joie, il a immédiatement twitté sur sa longue traversée du désert et son soulagement d’avoir finalement retrouvé la voie de la victoire.

Un petit tournoi à 100 000 euros

L’évènement s’est déroulé sur une seule journée au Montesino Casino de Vienne. Il a réuni un pool de 50 entrants, dont 8 re-entries. Le prizepool final quant à lui s’élevait à 100 000 euros pour un buy-in de 2 200 euros. Fedor Holz a terminé la compétition de manière flamboyante en éliminant son coéquipier Jan-Peter Jachtmann en head’s up. Il parvient ainsi à renouer avec la victoire et à ajouter 34 000 euros à ses 24,4 millions de dollars de gain en carrière. Il est intéressant de noter que le tournoi a réuni des joueurs de talent comme Boris Becker, Natalia Breviglierie, Julian Thomas et Jan-Eric Schwippert. Malheureusement, aucun d’eux n’a réussi à atteindre l’argent. Parmi les noms notables se trouvent également Robin Hegele, Henning Wendlandt et Jens Lakemeier. Ils ont d’ailleurs réussi à se hisser à l’ultime table. Cependant, ils ont échoué à toucher une partie de la cagnotte. La première place payée est revenue à Paul Höfer. Il empoche 5 150 euros. La 5e et la 4e place quant à elles reviennent respectivement à Christopher Frank et Jozsef Liszkovic. Ils empochent respectivement 6 850 euros et 10 500 euros. Dietrich Fast a terminé à la troisième place pour 17 000 euros. Jan-Peter Jachtmann quant à lui est reparti avec 24 500 euros. À noter que le duel ultime s’est déroulé sur 3 heures et 200 mains.

Fedor Holz, un joueur aux multiples facettes

Fedor Holz figure parmi ces joueurs de poker qui savent susciter l’intérêt du public. Après avoir dominé le game pendant plusieurs années, il a en effet surpris son monde en prenant sa retraite. Malgré tout, le joueur semble être accro au jeu. Après son départ, il a en effet remporté plus de 3 millions de dollars en tournois live. Il a également rejoint la team Partypoker en septembre.

Comment devenir meilleur au poker ?

Le poker séduit de plus en plus de joueurs à travers le monde. Cela s’explique par son côté extravagant. Les amateurs rêvent en effet de pouvoir vivre de ce jeu comme les professionnels et de remporter des prix exceptionnels valant plusieurs millions de dollars. Pour réussir dans ce milieu, il convient toutefois d’avoir un minimum de technique. Le poker possède en effet la particularité de faire intervenir les talents du joueur dans le déroulement des parties. Pour progresser dans ce jeu, il existe heureusement quelques astuces à la portée de tous.

Gérer sa main

L’erreur la plus commune faite par les néophytes consiste à jouer toutes ses mains. Malheureusement, une telle approche risque d’épuiser rapidement leur bankroll. Elle les pousse en effet à enchainer des parties où ils sont pourtant perdants et particulièrement désavantagés. La meilleure solution pour éviter de perdre l’intégralité de ses jetons dans ce genre de cas consiste à se retirer. Les joueurs professionnels savent d’ailleurs que face à une mauvaise série, il est préférable de se coucher et de faire une pause. Ce break aide à faire le point et à briser la tendance.

Exploiter le bluff et contrôler ses émotions

Une autre erreur commune chez les néophytes consiste à bluffer à chaque main. Une partie d’entre eux pensent d’ailleurs que cette technique fait partie intégrante du jeu. Malheureusement, elle reste un artifice qu’il convient de manier avec soin pour obtenir le résultat recherché. Elle est d’ailleurs déconseillée juste avant l’abattage. Ce besoin de bluffer pourrait s’expliquer par l’incapacité des néophytes à contrôler leur émotion. Ces derniers ont en effet tendance à se laisser submerger par la tristesse ou la nervosité lors de leur partie. Ils adoptent alors des comportements dangereux et irréfléchis qui contribueront à renforcer leur état. La clé consiste à faire le vide dans sa tête avant une partie de poker. Celle-ci doit en effet rester un moment privilégié durant lequel le plaisir de jouer doit régner en maitre.

Maintenir son attention

Enfin, la dernière astuce pour s’améliorer au poker consiste à maintenir son attention sur la partie. Chaque mouvement doit être repéré et analysé afin de repérer les éventuelles failles chez les adversaires. Une attention accrue pendant les parties permet aussi de prévoir plus efficacement le déroulement de celles-ci. Elle peut même se révéler cruciale pour anticiper la combinaison idéale.

Frankie, un joueur de poker et braqueur original

Les joueurs de poker ont toujours eu un statut particulier dans le monde des casinos. Ils sont en effet considérés comme de véritables sportifs qui défient parfois les lois de la logique. Certains arrivent en effet à jouer des sommes qui dépassent l’entendement. D’autres quant à eux sont capables de perdre des millions en une seule soirée sans même sourciller. Il existe cependant une race de joueurs de poker qui ne fait rêver personne. Il s’agit de ceux qui exercent un métier illégal à côté de leur carrière. Cette catégorie si insolite ne compte d’ailleurs qu’un seul membre à savoir Frankie Paul Gabaldon. Ce joueur est entré dans l’histoire en braquant une banque pendant la pause alors qu’il participait à une partie de poker. Il a même sublimé son action en reprenant sa place après « l’opération spéciale ».

Frankie Paul Gabaldon, l’homme aux multiples facettes

Citoyen des États-Unis et résidant dans l’État de l’Oklahoma, Frankie Paul Gabaldon est surtout connu pour sa carrière de poker. Il semblerait cependant que le joueur possède d’autres cordes à son arc. Il a d’ailleurs régalé l’actualité de ses talents cachés le 14 aout. Entre deux visites aux tables de deux casinos différents, il a en effet procédé au braquage d’une banque. Selon les agents du FBI qui ont pris en charge l’affaire, Frankie se serait retrouvé à court de liquidité à la fin de sa première session. Il a alors décidé de refaire le plein en se rendant à la First United Bank. Une fois sur place, il a toutefois fait l’impasse sur le distributeur automatique situé à l’extérieur de l’établissement. Il s’est directement rendu devant une caisse pour solliciter l’aide d’un employé. Pour secouer ce dernier, il lui a pointé un pistolet entre les deux yeux. Le pauvre salarié s’est alors empressé de lui donner une trentaine de billets de 100 dollars.

Une arrestation tout aussi insolite ?

Après avoir volé 3 000 dollars à la banque, Frankie décide de se rendre au Newcastle Casino. Sur le chemin, il est toutefois victime d’une panne de moteur en plein milieu de l’autoroute. Heureusement, il est pris en stop par un automobiliste. Ce dernier le conduit à sa destination où il sera accueilli par les forces de l’ordre. Frankie devrait passer les semaines à venir dans une cellule où il pourrait se trouver d’autres talents cachés.

Les tournois PCA sont prêts à revenir

Après avoir disparu du circuit professionnel, le tournoi vedette de PokerStars fait son grand retour. Le PokerStars Caribbean Adventures revient en 2018. Le festival se tiendra du 6 au 14 janvier. Parmi les évènements les plus attendus se trouve bien entendu le Main Event. Le buy-in s’élèvera d’ailleurs à 10 300 dollars ce qui pourrait permettre d’obtenir un prizepool de 10 millions de dollars.

Tel le phénix

Le fameux PCA de PokerStars a connu un échec sévère en 2016. Le taux de participation avait en effet atteint un niveau dramatique. Il s’agissait d’ailleurs du plus faible de son histoire. Ce désastre s’explique en partie par la prise d’ampleur d’un autre tournoi PokerStars aux Antilles à savoir le PSC Bahamas. Après une telle descente aux enfers, le PokerStars Caribbean Adventures était destiné à disparaitre de l’histoire du poker. PokerStars a cependant décidé de ne pas jeter l’éponge. La firme a ainsi publié un communiqué de presse annonçant le retour de son tournoi vedette pour 2018. PokerStars invite ainsi tous les joueurs à participer au festival du 6 au 14 janvier. Le Main Event sera d’ailleurs particulièrement mis en avant à travers son buy-in de 10 300 dollars. Avec de tels frais d’inscription, il devrait susciter l’intérêt de nombreux joueurs professionnels, dont les anciens champions comme ElkY, Gus Hansen et Dominik Panka. Ces derniers pourraient en effet tenter le doublé. Si ces prévisions se révèlent correctes alors, le Main Event proposera certainement une cagnotte exceptionnelle avoisinant les 10 millions de dollars.

Les détails à retenir

Selon le directeur de la communication de PokerStars, Éric Hollreiser, le retour du PCA a été pensé en accord avec les demandes des joueurs. Ces derniers souhaitent en effet un retour aux sources. Cela explique le niveau de buy-in du Main Event. Le rake sera également revu à la baisse. Les fees ne dépasseront pas la barre des 300 dollars pour les tournois à plus de 10 000 dollars. PokerStars a également indiqué que le prizepool global du PCA sera augmenté afin de motiver les joueurs. Cerise sur le gâteau, les participants seront tous conviés à un freeroll avec 50 000 dollars garantis sur PokerStars. Enfin, il convient de noter que le PCA comptera 30 tournois.