Archives pour la catégorie Non classé

Benjamin Pollak brille avant de finir son contrat avec Betclic

Le joueur professionnel français, Benjamin Pollak a terminé troisième lors du PartyPoker Live Millions Grand Final de Barcelone. Cette belle performance lui permet d’atteindre la barre des 9 millions de dollars US de gain en carrière. Elle constitue également une excellente façon de terminer le partenariat entre le joueur et l’opérateur Betclic.

Une histoire qui se termine bien

Le PartyPoker Live Millions s’est joué durant la semaine du 16 avril à Barcelone. Durant le Grand Final, un Français a attiré l’attention grâce à sa performance. Benjamin Pollak est en effet parvenu à arracher le podium sur le fil. Grâce à cette performance, il empoche 200 000 euros sur un tournoi à 10 300 euros. À noter que le pool était constitué de 200 participants. Benjamin Pollak devient désormais le deuxième meilleur joueur français en termes de gains. Il cumule en effet 9 millions de dollars US en carrière. Il lui reste encore du chemin jusqu’à la première place détenue par Bertrand Grospellier. Cependant, il peut être fier de son parcours. Sa troisième place lors du Grand Final a également été l’occasion pour Benjamin Pollak d’annoncer la fin de son contrat avec Betclic. Le joueur s’est exprimé de manière très sobre sur les réseaux sur la fin de sa relation avec l’opérateur. Il a remercié l’équipe pour son soutien et son apport pour sa carrière. En tout cas, il n’aurait pas pu trouver une meilleure façon de terminer leur aventure. Celle-ci s’arrête en effet sur une note positive ce qui est assez rare dans l’industrie.

Les résultats du Grand Final

Le Grand Final du PartyPoker Live Millions de Barcelon a été remporté par Fahredin Mustafov. Le Bulgare a dominé la compétition dès le jour 1. Grâce à sa victoire, il a pu empocher 400 000 euros. Le runner-up quant à lui est Isaac Haxton. Il repart avec 275 000 euros de gain. Le podium a été complété par Benjamin Pollak avec ses 200 000 euros. À noter qu’un autre Français a également atteint la finale. Il s’agit de Johan Guilbert. Malheureusement, il a été éliminé prématurément à cause d’un jeu assez faible. Il a terminé 9e juste derrière Alex Foxen, Andrew Chen et Jake Schindler.

Davidi Kitai remporte le 25,000€ high-roller à Barcelone

Davidi Kitai vient de remporter le deuxième high-roller à 25 500 euros de la Grande Finale du partypoker Live Millions. Grâce à cette nouvelle performance, il empoche 700 000 euros. Il signe également son premier succès sur le circuit des buy-in à 5 chiffres.

Et un succès de plus

Avant d’entamer le high-roller à 25 500 euros de la Grande Finale du partypoker Live Millions, Davidi Kitai possédait déjà la triple couronne. Le Belge de la team Winamax venait également de remporter une 4e victoire lors des Winamax Series online. Autant dire qu’il était dans les meilleures dispositions pour disputer son tournoi. Après un long duel face à Juan Pardo, Davidi Kitai est parvenu à remporter son premier high-roller à 5 chiffres. Il empoche 700 000 euros ce qui lui permet de franchir la barre des 9 millions de dollars de gain en tournoi. Il ajoute également une nouvelle étoile son palmarès. Pour rappel, le Belge possède déjà un WPT, un European Poker Tour et trois bracelets WSOP. Enfin, il convient de noter que lors de ce tournoi high roller à 25 500 euros, Davidi Kitai est parvenu à s’imposer sur une pool de 90 joueurs réunis autour d’une cagnotte de 2 182 500 euros.

Les autres performances notables

Parmi les joueurs qui ont marqué les esprits lors de ce tournoi, on retrouve Juan Pardo. Le runner-up a largement dominé la table finale ainsi qu’une partie du heads’up. D’ailleurs, il a longtemps été chipleader. Cette position avantageuse semble l’avoir trop mis en confiance. Il est même allé jusqu’à refuser de dealer avec le futur vainqueur. Malheureusement pour lui, il n’a pas tenu face au Belge. Il repart avec 450 000 euros. La table finale a également été marquée par Adrian Mateos Diaz. Le coéquipier de Davidi s’est incliné à la 4e place. Il a empoché 215 000 euros. La troisième place quant à elle revient à Kamal Bejjani. Il repart avec 325 000 euros. De leur côté, Manig Loeser, Ryan Riess et Jake Schindler terminent respectivement à la fois 5e, 6e et 7e place. Ils ont pu récolter 162 500 euros, 120 000 euros et 90 000 euros. Justin Bonomo et Steve O’Dwyer clôturent le classement avec 60 000 euros chacun.

Perdant au poker en ligne, le fisc espagnol lui demande tout de même 500,000€ de taxes

Le joueur d’échecs professionnel, Francisco Vallejo Pons, se trouve actuellement au cœur d’une affaire étrange avec le fisc espagnol. Ce dernier lui demande la coquette somme d’un demi-million d’euros en guise de taxes. Celles-ci s’inscrivent dans le cadre de l’ancienne législation qui a été changée en 2012 en raison de son absurdité. Elle taxait en effet les gains réalisés, au lieu des gains nets. Du coup, les joueurs qui ont perdu l’ensemble de leur bankroll doivent malgré tout payer des taxes.

Une législation absurde

L’histoire remonte en 2011 lorsque Francisco Vallejo Pons décide de tenter sa chance au poker. Au fil de ses nombreuses sessions, il parvient à remporter un million d’euros. Malheureusement, son mauvais jeu le pousse à perdre la totalité de ses gains. À la fin de son aventure poker, il se retrouve même avec une solde négative. Il décide alors d’abandonner ce jeu et de se concentrer sur les échecs. En 2016, il reçoit cependant une lettre de l’administration espagnole. Celle-ci lui indique qu’il doit s’acquitter de 500 000 euros de taxes pour avoir joué au poker. Il demande alors une explication et il découvre qu’il figure parmi les victimes de l’ancienne législation relative au jeu. Celle-ci impose des taxes sur les gains réalisés par les joueurs au cours de leur session ce qui se révèle absurde. En 2012, elle a d’ailleurs été modifiée pour que la taxation se fasse sur les gains nets. Malheureusement pour Francisco Vallejo Pons, l’ancienne législation est applicable à ses sessions. Il doit donc s’acquitter des taxes sous peine de lourdes sanctions comme la saisie de ses biens ou la prison.

Le problème

Francisco Vallejo Pons aurait aimé régler cette affaire rapidement, mais la somme à payer se révèle trop importante. Qui plus est, elle est imposée sur de l’argent qu’il n’a jamais touché. Il n’a en effet pas eu le temps de procéder à un retrait avant de tout perdre. Aujourd’hui, Francisco Vallejo Pons lutte quotidiennement avec l’aide de son avocat pour trouver une issue à cette situation. À noter que l’affaire commence à fragiliser sa santé physique et psychologie. Il a notamment dû annuler sa participation à diverses compétitions comme les Championnats d’Europe.

David Pham retrouve le chemin de la victoire !

Le joueur professionnel David Pham vient de vivre une semaine exceptionnelle. Il a en effet réussi à enchaîner deux grosses victoires. Il a d’abord remporté le tournoi principal à 1 675 dollars du WSOPC Los Angeles. Il s’est ensuite imposé lors de la Wynn Classic à 1 600 dollars. Au total, ces deux performances lui ont permis d’encaisser un peu plus de 450 000 dollars.

Toujours debout

David Pham avait disparu des radars depuis quelque temps. Il faut dire que le Dragon n’est plus dans la force de la jeunesse. Ses performances lives se révèlent ainsi assez rares. Cependant, tous ceux qui ont cru à sa mort définitive sur le circuit professionnel vont devoir restructurer leur vision. David Pham vient en effet de procéder à une véritable démonstration de force qui prouve qu’il reste encore un joueur d’exception. En l’espace d’une semaine, il a remporté deux gros évènements pour empocher 450 000 dollars. Il s’est d’abord illustré lors du tournoi principal à 1 675 dollars du WSOPC Los Angeles. L’évènement s’est déroulé au Bicycle Hotel and Casino et il lui a permis d’encaisser 216 790 dollars. À noter qu’il a réussi à réunir une pool de 705 entrants autour d’une cagnotte d’un million de dollars. Une semaine plus tard, David Pham a rempilé en s’imposant cette fois lors de la Wynn Classic à 1 600 dollars. Cette deuxième victoire lui a permis d’empocher 240 254 dollars et de dépasser la barre des 10 millions de dollars de gain en carrière.

Un tournoi riche en émotions

Si sa performance lors de la Wynn Classic reste impressionnante, force est de constater que sa première victoire se révèle être la plus intéressante. Le tournoi a en effet été riche en émotion, surtout pour David Pham. À l’entame de la finale, il a d’ailleurs dû batailler dur pour tenir le coup face à Tom Braband. Ce dernier possédait en effet un peu plus de la moitié des jetons à 4 left. Pour rattraper son retard sur le chipleader, il a notamment enchainé les éliminations de Nick Palma et Owen Crowe. Ces deux mini-victoires lui ont permis d’aborder le head’s up final avec un avantage psychologique sur son adversaire. Il a d’ailleurs dominé ce dernier lors de cette confrontation finale. Enfin, il est intéressant de noter que le tournoi principal du WSOPC Los Angeles a été également marqué par la performance de Kristy Arnett. L’ancienne journaliste de PokerNews s’est classée 5e pour empocher 55 150 dollars.

Le joueur Hulk995 remporte le Sunday Million de Pokerstars

Le Sunday Million fête son 12e anniversaire. L’évènement hebdomadaire a vite séduit les joueurs et il est devenu un rendez-vous incontournable. Au cours des éditions, il a d’ailleurs permis à de nombreux talents de remporter de belles sommes. Cependant, le gain le plus important a été décroché dans le cadre des célébrations du 12e anniversaire. Il est revenu à Hulk9950 et il s’élève à 960 000 dollars.

Une cagnotte exceptionnelle de 10 millions

Le 12e anniversaire du Sunday Million a marqué les esprits. Il a en effet réuni de nombreux joueurs talentueux grâce notamment à son aura. Cependant, le véritable intérêt de cette édition réside dans sa cagnotte. Celle-ci s’élevait en effet à 10 millions de dollars. Avec un tel prizepool, le tournoi s’annonçait riche en émotions. Le buy-in quant à lui s’élevait à 215 dollars. Au total, 44 000 inscriptions ont été enregistrées lors de cet évènement. À noter que 9 700 joueurs ont été réintégrés au cours de la compétition.

Parmi tous les prétendants à la victoire finale, trois parviendront à se démarquer : Letton LV_Artours, ViDss et Hulk9950. Ils ont survolé l’évènement en enchainant les coups audacieux. Ils vont d’ailleurs se retrouver aisément en table finale. Malgré le talent de Letton LV_Artours et ViDss, ils devront cependant s’incliner face à Hulk9950. Ce dernier a en effet livré une performance exeptionnelle.

De joueur low-stake à nouveau chouchou

Dans le monde du poker, il existe de grands noms qui attirent toute l’attention et s’accapare toute la gloire. Cependant, il arrive régulièrement qu’ils soient mis de côté dans les Unes des journaux spécialisés au profit d’une star émergente. Durant la fin du mois de février, cette étoile naissante, c’était Hulk9950. Grâce à sa victoire au Sunday Million, il est en effet parvenu à passer du statut de joueur low-stake à celui de nouveau chouchou. Il a d’ailleurs particulièrement marqué les esprits grâce à sa maitrise du jeu lors de l’événement. Pour rappel, il a entamé la deuxième journée avec 60 big blinds à son actif. Il a ensuite livré bataille pendant plus de 5 heures pour se hisser au sommet et remporter la table finale. Grâce à cette performance, il empoche son plus gros gain en carrière, 960 000 dollars, tout en faisant son entrée dans la cour des grands.

Elky n’est plus sponsorisé par Pokerstars

Le mois de janvier s’est terminé sur un choc pour les amateurs de poker. Le site PokerFuse a en effet annoncé par l’intermédiaire des réseaux sociaux le départ de Bertrand Grospellier de la Team PokerStars. Le joueur connu sous le pseudo ElkY figure parmi les figures iconiques du poker et il a porté haut les couleurs de la room au pique rouge pendant 11 belles années. Ce départ marque ainsi la fin d’une longue entente ainsi qu’une période importante de la vie d’ElkY.

Rupture douloureuse

La team pro de PokerStars semble vivre une situation délicate ces derniers temps. Les membres quittent en effet le bateau les uns après les autres. Le mouvement a été initié par Jason Mercier et Felipe Ramos. Ils ont ensuite été suivis par Vanessa Selbst puis par Bertrand Grospellier. À noter que ce dernier avait déjà montré des signes d’un éventuel départ au moment du changement de direction effectué par PokerStars. Celui-ci avait en effet décidé de recentrer son activité sur le poker récréatif. Il a ainsi délaissé la team pro pour se concentrer sur la communauté de joueurs amateurs qu’il a réussi à fédérer au fil des années. Ce bouleversement a poussé le joueur à remettre en question son partenariat avec la room. Selon lui, il craignait de devenir inutile et oisif. Pour retrouver une vie plus dynamique et riche en défis, il a ainsi décidé de se retirer. Le jour suivant l’annonce de son départ par PokerFuse, sa photo a été retirée de l’onglet dédié aux joueurs sponsorisés par PokerStars.

La suite

Pour le moment, ElkY n’a pas encore fait de déclaration officielle concernant son départ et ses futurs projets. Cependant, les observateurs misent sur une éventuelle alliance entre le joueur et PartyPoker. La room concurrente de PokerStars pourrait en effet offrir une nouvelle carrière au joueur. D’ailleurs, PartyPoker a déjà accueilli d’anciennes célébrités PokerStars comme Isaac Haxton. L’autre piste privilégier quant à elle prévoit une alliance entre ElkY et Winamax. En rejoignant la team pro de cet opérateur, il retrouverait d’ailleurs son ancien collègue tennisman Stephane Matheu. En tout cas, peu importe sa décision, il est certain qu’ElkY n’a pas encore fini de faire parler de lui.

Darryll Fish remporte son premier WPT devant la Française Ness Reilly

Le WPT Lucky Hearts Poker Open Championship vient de couronner un nouveau champion. Il s’agit de Darryll Fish, un joueur américain à la carrière intéressante. Cette victoire lui permet d’empocher son plus gros gain en tournoi et de s’approcher de la barre des 4 millions. L’évènement a aussi été marqué par la performance de Ness Reilly. La Française a terminé à 4e place du tournoi.

Un Event mouvementé

Le WPT Lucky Hearts Poker Open Championship a réuni 911 entrants avec quelques grands noms. De nombreux anciens champions ont d’ailleurs pris part à l’édition 2018 afin de reconquérir leur titre. Malheureusement, ils ont sauté avant la table finale. Un seul d’entre eux est parvenu à se hisser dans le podium, Andy Frankenberger. Il termine 3e après avoir sorti la Française Ness Reily. Cette dernière a d’ailleurs marqué l’Event avec sa performance. Elle avait en effet l’opportunité de devenir la deuxième femme à triompher sur le circuit WPT en 16 saisons. Malheureusement, elle a dû se contenter d’une 4e place. Malgré tout, elle a pu se consoler avec 182 249 dollars. Il s’agit d’ailleurs de son plus gros gain en carrière. Enfin, il convient de noter que le premier à avoir quitté la table finale est Alan Krockey. Sa 6e place lui a permis d’empocher 104 784 dollars. Il a été suivi par Brett Bader. Ce dernier termine 5e avec 137 400 dollars.

Une perfomance exceptionnelle

Le head’s up s’est joué entre Darryll Fish et Aleksandr Shevelev. Après une partie intense, le Russe a fini par s’incliner. Il est reparti avec 331 116 dollars. Darryll Fish quant à lui empoche le titre ainsi que 511 604 dollars. À noter que son gain inclut un buy-in de 15 000 dollars pour le WPT Tournament of Champions. Grâce à cette victoire, Darryll Fish signe sa meilleure performance. Il avait déjà terminé runner-up et 3e d’un World Poker Tour organisé au Seminole Hard Rock en Floride. Il a aussi gagné une bague WSOPC. Cependant, il n’a jamais remporté un titre majeur au cours de sa carrière. Malgré tout, il peut se vanter d’avoir gagné près de 4 millions de dollars de gain grâce à ses différentes performances.

Steve O’Dwyer devance Ben Pollak et capture le high-roller à 50,000$ aux Bahamas

Après deux beaux succès en 2015 et en 2016, Steve O’Dywer signe une nouvelle performance aux Bahamas. Il vient en effet de remporter le High Roller PCA à 50 000 dollars. Il empoche ainsi la coquette somme de 769 500 dollars ce qui lui permet de porter son compteur de gain à 21 millions de dollars.

Retour sur l’Event

Le High Roller PCA à 50 000 dollars a réuni un field de 46 entrants, dont de nombreux joueurs professionnels de haut niveau. La finale a commencé de manière brutale avec l’élimination prématurée d’Orpen Kisacikoglu. Il a été éjecté par le chipleader, Byron Kaverman. Sa performance lui a malgré tout permi d’empocher 158 420 dollars. Après ce premier coup, Byron Kaverman s’attaque à Benjamin Pollak. L’ambassadeur de BetClic parvient à lui tenir tête pendant un temps avant de se coucher. Il termine 5e avec 203 680 dollars. Le prochain à quitter la table est Erik Seidel. Bubble-boy du Syper High Roller à 100 000 dollars, il échoue à la 4e place pour 260 260 dollars de gain. Il est suivi rapidement par Jean-Noel Thorel. Ce dernier s’incline face à Kaverman. Il repart avec 339 480 dollars. Le heads’ up s’est joué entre O’Dwyer et Kaverman. Les deux anciens numéros 1 du classement GPI décident de s’affronter sans deal. Après quelques échanges, la partie tourne largement en faveur d’O’Dwyer. Il passe un gros bluff ce qui lui permet de conclure sur un 40-60 préflop alors que Kaverman était réduit à 10 blindes. Kaverman repart avec 531 860 dollars tandis qu’O’Dwyer empoche 769 500 dollars.

Un joueur hors-norme

Steve O’Dwyer vient de conforter son statut de joueur d’exception. Il compte désormais 21 millions de dollars de gain en tournoi ce qui lui permet de rejoindre la 10e place de la All Time Money List. Il devance désormais Sam Trickett et il n’est plus qu’à un million de Phil Hellmuth. Enfin, il convient de rappeler que Steve O’Dwyer s’était déjà imposé aux Bahamas. En 2015 et en 2016, il a respectivement remporté le Super High Roller à 100 000 dollars pour 1 872 580 dollars et le High Roller à 50 000 dollars pour 945 495 dollars.

Combien gagnent les finalistes des WSOP en réalité ?

Les joueurs de poker professionnels font rêver de nombreux adeptes de ce jeu à travers le monde. Ils incarnent en effet un idéal tant dans leur carrière que dans leur style de vie. Malgré leur célébrité, il existe cependant une partie d’entre eux qui déchainent les passions. Ils sont même érigés au statut de légende par certains. Il s’agit bien entendu des vainqueurs des WSOP. Leur victoire leur a permis d’imposer leur talent, mais aussi d’encaisser un gros chèque. Ce dernier soulève d’ailleurs de nombreuses controverses et il alimente diverses rumeurs. Pour mettre fin à ces dernières, focus sur les gains réels des vainqueurs des WSOP.

Les Américains et leur taxe

Comme dit précédemment, les gains aux WSOP se révèlent toujours exceptionnels. Ils peuvent d’ailleurs atteindre facilement la barre du million de dollars. Malheureusement, ces gains sont toujours imposables. Les taxes appliquées peuvent d’ailleurs se révéler particulièrement lourdes. Aux États-Unis, par exemple, elles divisent régulièrement les gains des champions par deux. Pour prendre un cas concret, il est possible de s’attarder sur celui de Scott Blumstein. Sa victoire au WSOP lui a permis d’encaisser 8 150 000 dollars. Cependant, une fois les taxes payées, il s’est retrouvé avec « uniquement » 4 310 571 dollars. Bryan Piccioli figure aussi parmi les joueurs qui illustrent parfaitement la lourdeur des impôts. Sa victoire lui a permis de décrocher 1 675 000 dollars. Il n’a cependant empoché que 791 023 dollars. Ses taxes s’élèvent ainsi à 47,23 %. À noter que lors de l’édition 2017 des WSOP, le Fisc américain aurait récolté près de 6,4 millions de dollars. Il reste ainsi le plus grand vainqueur de ces compétitions.

En dehors des États-Unis

Les gains aux WSOP sont toujours soumis au système de taxation du pays d’origine du vainqueur. Les joueurs étrangers peuvent ainsi échapper aux taxes de 47 %. Certains comme Benjamin Pollak, Antoine Saout et John Hesp, réussissent même à conserver l’intégralité de leur gain. Ils ont en effet choisi de se réfugier dans des paradis fiscaux. À noter que dans le cas de Benjamin Pollak, le système fiscal anglais lui permet de ne payer qu’un centime de taxe sur 10 millions de dollars de gain.

En investissant presque rien, ce joueur de poker empoche plus de 107,000$

Le Seminole Hard Rock organisait un tournoi à 360 dollars l’entrée pour lancer son festival Rock’n’Roll Poker Open. Baptisé Ultimate Reentry, cet évènement mettait en jeu un premier prix garanti de 200 000 dollars. Il a réuni 3 570 entrants pour trois journées intenses. Le tournoi a été remporté par François Zayas, un joueur de Miami. Il est reparti avec 107 793 dollars malgré un deal à 7. Il transforme ainsi une mise initiale de 360 dollars en un gain exceptionnel à 6 chiffres.

Une performance exceptionnelle

François Zayas figure parmi ces joueurs de poker qui ne connaissent que rarement le succès. Avant l’Ultimate Reentry du Seminol Hard Rock, son plus gros gain s’élevait ainsi à 8 000 dollars. Cet évènement marque ainsi un tournant dans sa carrière. Il lui a d’ailleurs permis d’améliorer son jeu. Selon ses dires : « J’ai eu de la réussite depuis le Jour 1 et pour cette fin de tournoi, j’ai marché sur l’eau comme Jésus ». En d’autres termes, il a complètement survolé le tournoi. Ce dernier a pourtant réuni quelques professionnels comme Sam Wynder. Celui-ci s’est malheureusement incliné à la 8e place pour 15 818. Loni Harwood et Josh Beckley ont également participé à l’Event. Ils ont cependant sauté avant la fin du jour 2. À noter que les 7 derniers joueurs du tournoi ont procédé à un deal leur garantissant 50 000 dollars chacun au minimum. Ce gain semblait cependant trop petit pour François Zayas. Épaulé par Daniel Taylor, chipleader, il a éliminé ses concurrents les uns après les autres pour s’approprier le gros lot. Cette alliance a d’ailleurs rapidement tourné en défaveur de Daniel Taloyr. Ce dernier était trop occupé par les autres joueurs pour se rendre compte que son « partenaire » avait pris un avantage sur lui. Finalement, il s’est incliné pour encaisser 85 481 dollars.

L’Ultimate Reentry

L’évènement possédait un format assez unique. Les joueurs pouvaient en effet participer aux 8 flights et ils avaient la possibilité de se qualifier plusieurs fois le Jour 2. À noter toutefois que les tapis n’étaient pas préservés. Seul le joueur avec le plus de jetons pouvait prétendre à un tel avantage. Les autres quant à eux devaient échanger leur pile contre 2 500 dollars en cash.